Du rire au drame # 16

riredrame

Je vous propose de rendre hommage à la plume des auteurs qui ont marqué ma semaine. Chaque mercredi je présenterais les citations qui m’ont fait rire et pleurer cette semaine.

Si ça vous tente, vous pouvez créer un article similaire sur votre blog et ajouter un lien ici vers cet article en cliquant sur le bouton « ajoutez votre lien » en bas de page.

Attention spoilers:  certaines citations peuvent dévoiler une partie de l’intrigue.

Les rires:

Un « bijou ? » Sa vertu était un bijou ?

Cynthia regarda le dos de Nick pendant qu’il descendait le chemin, devant elle. Elle n’avait su que répliquer à cette comparaison ridicule, et rien ne lui était venu à l’esprit depuis. Lui-même avait paru fort content de ses platitudes.

Toutefois, ses paroles étaient vaines : la fleur de Cynthia avait été cueillie depuis longtemps.

Si c’était un « bijou », elle l’avait fourré distraitement dans la poche d’un homme qui ne l’avait pas trouvé précieux du tout. Peut-être son bijou à elle était-il en toc.

Les amants égarés par Victoria Dahl

Lorsqu’il baissa les yeux vers Cynthia, il lâcha un juron et s’empressa de cacher ses parties intimes.

— Bonté divine, Cynthia ! Regardez ailleurs !

— Je vous ai déjà vu tout nu, déclara-t-elle en s’asseyant pour se détendre. Son dos protesta vivement.

— Mais… pas comme ça ! Je ne suis pas… je ne suis pas vraiment à mon avantage. L’eau froide… Vous ne comprenez pas.

Ça, non, il n’était pas à son avantage. Il était même plus petit que lors de la première nuit où ils s’étaient retrouvés.

Les amants égarés par Victoria Dahl

-Je suis désolée, dis-je.

Et j’étais sincère. Ces types étaient des méchants et des assassins, mais la vie de Nicky allait changer à jamais à cause de moi, et pas nécessairement dans un sens qui lui plairait. On doit toujours s’excuser quand on s’apprête à bousiller l’existence de quelqu’un.

Anita Blake, Tome 18 : Flirt par Laurell K Hamilton

— Quelqu’un t’a déjà dit à quel point tu pouvais te montrer déplaisante, parfois ?

— Pas en ces termes, mais il y a pas mal de gens qui me l’ont fait comprendre, oui…

— Comment ?

— Ils ont essayé de me tuer…

Rebecca Kean, Tome 3 : Potion Macabre par Cassandra O’Donnell

— Je veux le voir.

— Qui ?

— Ton témoin.

— Ça aurait été avec plaisir mais il est trop tard. J’en ai fait cadeau à un ami.

Franck Marden avait servi de souper à Hector, ce dont le majordome m’avait d’ailleurs chaudement remerciée au téléphone.

— Pardon ?

— Ben quoi ? Il n’est pas interdit de faire plaisir, non ?

Rebecca Kean, Tome 3 : Potion Macabre par Cassandra O’Donnell

Les Drames:

— Rebecca, promets-moi que si quelque chose, quoi que ce soit, devait t’arriver à l’avenir, tu m’en parlerais.

— Tu es mon ami, Bruce, mon compagnon de meute, pas mon ange-gardien.

Une étrange lueur traversa son regard.

— Quoi ? fis-je.

— Je t’aime.

Je haussai les épaules.

— Oui, ben moi aussi, je t’aime.

— Je sais, dit-il en me fixant longuement, comme s’il hésitait à dire quelque chose.

Puis il secoua la tête et reprit son ton léger habituel.

qu’est ce que j’aime leur relation à eux deux….

Rebecca Kean, Tome 3 : Potion Macabre par Cassandra O’Donnell

Et vous? qu’est ce qui vous à  fait rire et pleurer cette semaine?

    Ajoutez votre lien Il reste 266 jour(s) et 19 heures(s) pour participer

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *